Sélectionner la langue

Présentation :
Tom Boonen,
pilote de
course NASCAR®

Si vous avez entendu parler de Tom Boonen, c’est probablement pour ses exploits en cyclisme. Ses innombrables victoires sur les tracés professionnels l’ont élevé au rang de héros national aux yeux de nombreux habitants de sa Belgique natale. Son palmarès ? Parmi ses titres les plus prestigieux, on épinglera : le Championnat du monde de cyclisme sur route (1 fois), Paris-Roubaix (4 fois), le Tour des Flandres (3 fois), le Grand Prix E3 (5 fois), le Tour de France (6 étapes) et le Tour du Qatar (4 fois).

Après une carrière couronnée de succès dans le cyclisme, Tom Boonen passe désormais au volant d’une voiture de course NASCAR® professionnelle.

Découvrez l’avis de Tom Boonen sur la NASCAR®, les accidents et ses chances dans la Rookie Cup, le tout avec ses propres mots.

Week-ends NASCAR®

Les week-ends NASCAR® sont intenses ! La NASCAR® est une discipline tout à fait différente du cyclisme, mais mon approche est identique : je m’efforce de maîtriser le maximum de variables. Ce n’est toutefois pas évident en NASCAR®. Il y a tellement d’autres facteurs à prendre en considération !

Même lorsque j’essaie d’avoir le maximum de contrôle, c’est toujours un véritable ascenseur émotionnel. Avec beaucoup de hauts, et beaucoup de bas. Il n’y a vraiment rien de comparable.

Préparation aux courses

La préparation aux courses est à la fois physique et mentale. D’un point de vue physique, je dois être dans la meilleure forme possible, exactement comme quand je roulais à vélo. En revanche, l’entraînement diffère totalement de ce que j’avais l’habitude de faire. La préparation n’est pas comparable non plus sur le plan mental. Puisque chaque course dure entre 30 et 40 minutes, il faut vraiment être en condition de la ligne de départ à la ligne d’arrivée. Tandis qu’en cyclisme, vous disposez souvent de plusieurs heures pendant la course avant de devoir vous concentrer sur les phases finales et sur la ligne d’arrivée. En NASCAR®, toute perte de concentration est proscrite : vous devez rester concentré à 100 % pendant toute la durée de la course. J’adore !

Accidents : vélos versus voitures de course

Lorsque vous avez un accident, vous perdez le contrôle. Je m’efforce précisément de minimiser ce manque de contrôle lors de chacune de mes courses.

Se planter au guidon d’un vélo est complètement différent de se planter au volant d’une voiture de course. Un accident de vélo est, selon moi, plus physique. Plus douloureux. Assurément plus douloureux. Un accident de voiture est, quant à lui, plus mental. Vous pouvez évidemment être gravement blessé, mais si rien ne vient percuter votre siège, il est bien plus confortable de se crasher en voiture de course qu’à vélo. Les accidents de vélo ne me manquent absolument pas.

Lors des demi-finales à Hockenheimring, j’ai eu un terrible accident lors de la seconde course. La course avait bien commencé, mais le pilote devant moi a eu un problème technique et a dévié de sa trajectoire. Il a alors légèrement percuté ma voiture et l’un de mes pneus a éclaté. Ma voiture s’est retournée et un autre pilote qui me suivait m’a percuté de plein fouet. Pour faire court, ma voiture était bonne pour la casse. C’est une expérience désagréable, mais ce sont des choses qui arrivent. Les voitures NASCAR® sont extrêmement fiables, mais les choses peuvent toujours mal tourner. Cela fait partie du sport.

Retour derrière le volant

Je n’ai heureusement pas besoin de me préparer mentalement à reprendre le volant après un accident grave. Une fois sorti de l’épave de ma voiture après mon accident à Hockenheimring, tout ce dont j’avais envie était de remonter dans une nouvelle voiture pour continuer la course. En y repensant, ma seule vraie frustration a été le fait qu’un problème se produise dans les 60 premières secondes, car cela a anéanti mes ambitions pour le reste du week-end. Tout cet entraînement et toute cette préparation n’avaient servi à rien. Il n’y avait pas de seconde chance de franchir la ligne d’arrivée.

Mes rêves en Rookie Cup

Avant la course à Hockenheimring, je pensais pouvoir terminer sur le podium en Rookie Cup. Mes chances se sont néanmoins vraisemblablement envolées à cause de l’accident... et des points que j’ai perdus. Je suis donc un peu déçu. Il reste toutefois les finales. Qui sait, peut-être qu’un excellent résultat me permettra de me hisser sur le podium…

 

Partager
Articles connexes
{{lede.date | date:'dd-MMM-yyyy'}}{{lede.tags.length > 0 && lede.date ? ' | ' : ''}}{{lede.tags.join(', ')}}
chargement...